Epilogue… Jacques Chirac au Conseil Constitutionnel

Chirac-et-VGE-au-conseil-constitutionnel

Chirac et Vzlery Giscard d’Estaing au conseil constitutionnel

l’article 56 de la Constitution du 4 octobre 1958 la structure du Conseil Constitutionnel, organe chargé de contrôler les lois en rapport avec la Constitution, et si ces lois violent ou non la Constitution. L’alinéa 2nd de l’article 56 précise que sont membres de droit et à vie, les anciens présidents de la République. Ainsi, depuis le 16 mai 2007, Jacques Chirac est-il membre du Conseil Constitutionnel, ses dernières responsabilités politiques. Il y a rejoint Jean-Louis Debré et Valéry Giscard d’Estaing.

L’association des Amis de Jacques Chirac

soiree-des-amis-de-jacques-chirac

Soirée des amis de Jacques Chirac à l’Assemblée en 2010

« Il y a un véritable élan de sympathie pour Jacques Chirac. On reconnaît son humanité, son intérêt pour les autres, on loue les 40 ans qu’il a donnés au service du pays ». En quelques mots, le député-maire de Troyes, François Baroin résume bience qu’inspire l’ancien président à ses fidèles. C’était lors d’une réunion de l’association « les Amis de Jacques Chirac », organisée par le député Henri Cuq, à l’Assemblée Nationale en 2001. Corréziens, anciens ministres,  cadres du RPR ou de la Mairie de Paris… l’association regroupera jusqu’à 15 000 adhérents, avant sa dissolution en 2002. C’est Bernard Pons, son président, qui l’a décidé après la réélection de Jacques Chirac.

Une structure au départ méconnue, avec peu de moyens, qui l’aura néanmoins soutenu lors de son combat contre Edouard Balladur. Pons prend la présidence de l’association en 1996 et en fera un véritable outil de bataille : au delà d’être la « garde de cœur » de Jacques Chirac, elle organise dîners et meetings, colloques et publications, remobilise militants et parlementaires.  Ce sera notamment elle qui permettra à Philippe Séguin de revenir dans le « giron » de la chiraquie ou qui fera émerger de jeunes, comme Nathalie Kosciusko-Morizet, qui va devenir députée de l’Essonne.

Bernard Pons, après avoir qualifié son association de «Pénélope qui tissait les fils, préparait les réseaux», a estimé que «l’heure était venue de cueillir le fruit de ce patient travail. Nous sommes le creuset d’une mobilisation nouvelle avec un seul objectif: 2002», a-t-il lancé. Problème : l’association finit par rentrer en concurrence avec  l’UEM (l’Union en mouvement), première version de l’UMP. C’est donc logiquement que l’association se soit éffacée au profit de l’appareil, même si cela laisse un goût un peu amer au vrais amis de Jacques Chirac.

Contre la fracture urbaine et sociale

Conférence de presse à la préfecture d’Amiens (Amiens, Somme, le 26 avril 1996)

Seul un plan d’action global peut aider les quartiers en difficulté. Un plan qui comporte à la fois des mesures économiques et sociales et vise tant le retour de la paix publique que le rétablissement de l’égalité des chances. Au cœur de ces mesures, il y a la création des zones franches urbaines, destinées à favoriser la création d’activités et d’emplois.

[…] Je rappelle très rapidement que je suis venu en Picardie, et plus précisément à Amiens, d’abord parce que cette région, d’une part, connaît des problèmes sociaux liés au chômage, plus graves encore que la moyenne nationale, et d’autre part – c’est vrai au niveau de la région, du département et de la ville d’Amiens -, c’est une région particulièrement dynamique et imaginative, qui ne se laisse pas abattre. J’ai donc souhaité voir de plus près ce qui se faisait ici et qui souvent est exemplaire.

L’un des points importants de l’observation que je voulais faire porte naturellement sur les quartiers en difficulté, puisqu’il y en a à Amiens, notamment les quartiers d’Amiens-Nord que nous avons visités hier et qui feront l’objet d’une expérience. Ce quartier sera l’un de ceux qui feront l’objet de l’expérience particulière que sont les zones de défiscalisation et la création des emplois-ville pour les jeunes. C’est-à-dire le début d’application du plan global qui a été lancé pour tenter de répondre le mieux possible aux problèmes posés par un certain nombre de quartiers en difficulté sur l’ensemble du territoire national.

C’est un plan global, puisqu’il tend à la fois à créer des activités et des emplois, à rétablir la paix publique, qui est un élément naturellement important pour la vie, à améliorer dans la mesure du possible la prise en charge des jeunes dans ces quartiers, à rénover et à diversifier les logements et à renforcer les partenaires de la ville, c’est-à-dire renforcer une politique de concertation en amont et en aval des décisions et une politique de partenariat entre les différents responsables publics ou associatifs des problèmes.

Ce plan s’attaque à la fois aux problèmes économiques et aux problèmes sociaux. Aux problèmes économiques des quartiers en difficulté, par la mise en place de zones défiscalisées et d’emplois-ville (il devrait y avoir la création de cent mille emplois jeunes-ville), et aux problèmes sociaux puisque son objectif est d’essayer de rétablir l’égalité des chances par une meilleure prise en charge des jeunes des quartiers, à l’école notamment, en développant une réforme à laquelle je suis, vous le savez, attaché. Cette réforme sera longue à mettre en place. C’est celle de l’aménagement des rythmes scolaires, permettant à la fois de donner aux jeunes davantage de chances d’accéder aux disciplines de la sensibilité, aux enseignements artistiques, à la culture, et aussi leur permettant une amélioration sensible des activités sportives et donc une prise en charge sur la journée plus importante au détriment, je l’espère, de la galère dans les rues. Ces quartiers l’auront en priorité. […]

Les amitiés arabes de Jacques Chirac

Dans sa biographie ‘‘Chaque pas doit être un but ‘’, Jacques Chirac mentionnait sa facilité de contact avec les dirigeants arabes : «J’aurai toujours une grande facilité de contact avec les chefs d’Etat arabes, peut-être parce que ceux-ci pratiquent une forme de franchise peu fréquente chez leurs homologues occidentaux».

Il faut lui reconnaître son amitié à beaucoup de dirigeants arabes  : le roi Fahd d’Arabie, le roi Hussein de Jordanie, Yasser Arafat – qu’il a reçu près de 30 fois entre 1995 et 2004 – ; Hosni Moubarak, Abdelaziz Bouteflika…

Chirac-et-Hariri-en-2002

Jacques Chirac et Rafik Hariri en 2002, lors d’une conférence sur l’aide économique au Liban

Mais surtout, Rafic Hariri, premier ministre du Liban, assassiné le 14 février 2005, comptait parmi les proches du président. Certes, leurs intérêts concordaient souvent, mais l’affection a aussi pris le pas sur les considérations politiciennes, comme lorsque Jacques Chirac a fait passer cette amitié avant les desseins politiques qu’il avait nourris avec la Syrie. C’est somme toute assez logique qu’à la fin du second mandat de Jacques Chirac, il aie été hébergé avec sa famille dans un appartement appartenant aux Hariri.

Ces liens d’amitié existaient aussi entre le Président français et S.M. le Roi Hassan II.  « Qu’il s’agisse des institutions, de l’économie, des droits de l’Homme, de l’éducation, de l’environnement, Sa Majesté le Roi Hassan II n’a cessé de promouvoir des réformes qui vont dans le sens du progrès et de l’adaptation du Maroc aux nouvelles réalités du monde », avait affirmé M. Chirac. En 1999, le défilé du 14 Juillet sera marqué par la présence de 500 membres de l’Infanterie de la Garde Royale. Une première: depuis le début de la Vème République, jamais une unité étrangère autonome n’avait défilé sur les Champs-Elysées.

Chirac et la corona

Jacques Chirac appréciant une bière bien désaltérante

Lors d’une interview au quotidien tchèque « Tyden », le 3 avril 1997, à la question « Pourquoi vous, un Français, préférez-vous la bière au vin? », Jacques Chirac répond : « J’aime le bon vin, je n’abuse pas. Mais la bière a un avantage, c’est que cela désaltère (…) cela coupe la soif et il n’y a pas trop d’alcool dedans, beaucoup moins que dans le vin. Alors on peut boire davantage. » Le président aime bien la bière, il ne s’en cache pas, et personne ne le blâmerait pour cela. Le président Jacques Chirac aime tout particulièrement la bière Corona, une bière mexicaine. Il est devenu en quelque sorte l’ambassadeur de  marque pour cette bière. Il se fait par exemple photographier, en compagnie de sa fille Claude, une Corona à la main.