Contre le chômage et la fracture sociale

Adresse aux préfets (Paris, le 22 mai 1995)

Le chômage ronge la cohésion nationale. Dès sa prise de fonction, Jacques Chirac veut faire de la lutte contre ce fléau la priorité de l’action de l’État. Les préfets en seront les fers de lance : ils devront inventer, multiplier les solutions nouvelles et mobiliser l’engagement total de l’administration. Pour cette action prioritaire, chacun d’entre eux sera jugé sur ses résultats : le Président y veillera personnellement.

Je ne viens pas présider votre réunion, mais je tenais, à l’ouverture de celle-ci et en plein accord avec le Premier ministre, à m’exprimer sur un point capital.
Alors que le chômage ronge notre pays et menace la cohésion nationale, je viens vous dire que je veux que vous soyez, chacun dans votre département, les fers de lance de notre bataille pour l’emploi.
Le Premier ministre va vous dire ce qu’il attend précisément de vous et exposera demain à l’Assemblée nationale et mercredi au Sénat la politique du gouvernement pour l’emploi.
Il ne s’agira pas, pour vous, de continuer ce qui, jusqu’ici, n’a pas donné de résultats suffisants.
Vous, sur le terrain, en liaison étroite avec tous les acteurs de la vie économique et sociale, vous allez devoir inventer, essayer, évaluer, multiplier les solutions nouvelles, encourager les initiatives originales, adapter les mesures générales et les ressources aux situations locales que vous connaissez mieux que personne.
Je viens vous dire, sans aucun ménagement, que je suivrai personnellement votre action. Sachez que je serai très attentif aux résultats de chacun d’entre vous. Sachez aussi que votre réussite sur l’emploi, dans votre département, sera le critère absolument essentiel d’appréciation de votre mérite et donc de sa reconnaissance.
Le peuple français a besoin de l’engagement total de l’administration de l’État dont vous êtes les chefs dans votre département. Il est prêt à nous suivre si nous montrons de l’imagination et de la détermination.
Le gouvernement vous soutiendra sans réserve : cette action doit être pour vous absolument prioritaire. Pour la mener à bien, vous devrez aussi changer de comportement et d’état d’esprit et vous serez jugés sur les résultats.
Nous devons vaincre le chômage. Cela dépend en partie de vous. Nous pouvons le faire. La France, sera plus forte, plus heureuse et plus unie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s