Bio Chirac 3/4 : le RPR et Paris

Meeting du RPR en 1976

Chirac lors d’un Meeting du RPR en 1976

Jacques Chirac est à la tête de l’ancien parti gaulliste UDR, rebaptisé RPR (Rassemblement pour la République) le 5 décembre 1976 : l’idée est de rénover l’UDR sur la base d’un « véritable travaillisme à la française ». Jacques Chirac est élu du président du nouveau mouvement avec 96,52% des voix ; Jérôme Monod, son ancien directeur de cabinet, sera le secrétaire général.

Le RPR va devenir une puissante machine électorale. Juste avant les élections législatives de 1978, le RPR aura un peu plus de 700 000 adhérents. L’idée du parti est de contrer l’opposition mais aussi de contrer les « giscardiens ». Le RPR devient une voie médiane entre « le programme démagogique de la gauche socialo-communiste » et « les solutions de la droite conservatrice, orthodoxe, classique ». Le 10 février 1977, le meeting  du RPR regroupe Porte de Pantin, 100 000 personnes environ ; à ce meeting, Jacques Chirac dénonce « capitalisme sauvage » et affirme que les gaullistes ne doivent pas être confondus avec les « tenants du libéralisme classique » et la « droite » assimilée au giscardisme et au centrisme.

Chirac-maire-de-paris

Chirac maire de Paris

Jacques Chirac annonce en 1977 son projet de se présenter à la mairie de Paris.

Les soutiens de Jacques Chirac, mettent en œuvre une stratégie de campagne féroce. Mêmes si les communistes sont en tête des primaires avec un peu plus de 31%, les listes Chirac gagnent les primaires au niveau de la majorité avec 26,2%.

Au second tour, il passe devant l’Union de la gauche avec 45% (et 50 sièges). C’est ainsi que le 25 mars 1977, il devient le premier maire de Paris depuis Jules Ferry.

Il faut quand même aussi conforter la place au niveau national, et en mars 1978, ont lieu les élections législatives. Le RPR n’est que troisième au premier tour, le second tour change la donne, et le RPR garde sa place en tant que premier groupe politique à l’Assemblée Nationale, avec 154 sièges sur 491.

Des élections difficiles surviennent en 1979, ce sont les premières élections européennes pour le Parlement de Strasbourg. Jacques Chirac prend la tête de la liste « Défense des intérêts de la France en Europe », liste fidèle à l’idée gaulliste d’Europe des nations, cette liste sera quatrième ; la première liste sera celle de l’UDF, emmenée par Simone Weil.

Ces dernières élections lui permettent de prendre du recul par rapport aux résultats : conseillé par sa femme, il se sépare de Pierre Juillet et de Marie-France Garaud, afin de préparer les élections présidentielles de 1981. L’annonce se fera le 3 février 1981. Il prend Charles Pasqua comme coordonnateur de sa campagne. Il obtient 18% des suffrages au premier tour, mais il est distancé par Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand. Ce dernier remportera le second tour.

Les socialistes remporteront aussi les élections législatives de juin 1981, et le RPR n’aura que 20,9% des suffrages, c’est-à-dire 83 sièges. Jacques Chirac, va donc reformer son parti, notamment en prenant la décision de plus s’axer sur le libéralisme économique, afin d’être un rempart au « socialo-communisme » et d’être tout autant une alternative au « libéralisme avancé » de l’UDF. Le RPR a désormais des composantes de conservatisme libéral.

Les difficultés s’estompent, et aux élections cantonales de 1982, le RPR atteint le plus haut score qu’un parti gaulliste ait pu avoir, 17,9% (323 sièges de conseillers généraux). Pour les élections municipales de 1983, les communes de plus de 30 000 habitants dirigées par des élus du RPR passent de 15 à 35. Cela permet de passer de 41 à 58 sénateurs à la Chambre haute après les sénatoriales de septembre 1983.

Ces victoires électorales continuent avec la nouvelle victoire pour les municipales de Paris, Jacques Chirac est conforté dans son siège de maire, les listes obtiennent 67,29% des voix, et cela en obtenant les vingt mairies d’arrondissement !

Chirac élu maire de Paris en 1977 : faits et chiffres

Jacques Chirac devient  le premier Maire de Paris élu au suffrage universel. La liste du RPR obtient 54 sièges du nouveau Conseil de Paris, 40 sièges reviennent à la liste d’union de la gauche menée par Henri Fiszbin et 15 à la liste conduite par Michel d’Ornano.
Il s’agit des premières élections municipales dans la capitale française depuis la Révolution de 1789 ; le dernier maire de la ville avait été Jean Sylvain Bailly élu le 15 Juillet 1789 sous le régime de la loi du 14 Avril 1871, le Préfet était alors l’organe exécutif du département de Paris.

La loi du 31 décembre 1975 portant réforme du régime juridique de la capitale française a fait de Paris une commune à statut unique avec 20 arrondissements divisées en 18 secteurs de vote et rétabli la fonction de Maire.

Jacques Chirac et le football

Chirac et les Bleus, arborant son maillot fétiche

Pour Jacques Chirac, après le sumo, il y a le football. Deux mondes bien différents ! Comme beaucoup de français, il vibre pour les champions du monde. Tout le monde peut le voir au Stade de France, avec une écharpe tricolore autour du cou, ou encore avec le maillot de l’équipe de France à la main, et même sur lui. Quelques jours avant que les Bleus ne gagnent la finale, Jacques Chirac s’enthousiasme : « C’est vraiment l’un des plus beaux jours de la vie du sport français. Je voudrais rendre un hommage particulier à Thuram, qui a été vraiment formidable. Une immense joie. Regardez, j’avais apporté ma mascotte [un maillot des bleus n°23]. Au nom de toute la France, je voudrais dire bravo à l’équipe de France. C’est superbe ! »