Le cas Balladur

« J’avais confiance en Edouard Balladur », écrit Jacques Chirac dans ses « Mémoires ». Un imparfait qui en dit long sur la relation « de 30 ans » entre les deux ex-poulains de Pompidou, qui durera jusqu’en 1993.

Jacques-Chirac-et-Edouard-Balladur

Jacques Chirac et Edouard Balladur en 1993

Chirac blessé dans sa confiance n’oubliera pas. Alors qu’il avait laissé Matignon à Balladur pour mieux se consacrer à la campagne présidentielle, son « poulain » se découvre l’ambition de briguer lui aussi la magistrature suprême. Ce sont deux visions de la droite qui s’opposent, plus libérale côté Balladur, plus républicaine côté Chirac, mais aussi deux ambitions. L’affrontement est sanglant, jalonné d’ »affaires », qui vont non seulement impliquer les deux hommes, mais aussi leur entourage personnel et politique. Témoin, l’affaire Karachi, qui voit se déchirer le PR balladurien François Léotard et le PR chiraquien Charles Millon. Ou encore l’affaire de la vente de terrains de Bernadette Chirac, que le Président pense téléguidée par Nicolas Sarkozy, alors Ministre du budget. On se souvient aussi de l’affaire Clearstream qui met à couteaux tirés Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s